«

»

nov
01
2011

Comment « Lâcher prise » ?

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je veux vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à coeur : le « lâcher prise ». Derrière ce nom un peu barbare, il existe un sens que j’ai mis des années à saisir, des années à intégrer et des années à parvenir à appliquer. Je vais vous livrer ici une partie de ma compréhension. Je dis « une partie » car le sujet est vaste et j’y reviendrais certainement. Mais, commençons :

   

Qu’est-ce que le « Lâcher prise » ?

Pour commencer, j’ai envie d’illustrer mon propos par un exemple très basique que tout le monde a vécu au moins une fois dans sa vie. Tout le monde a vécu au moins une fois, sans le savoir, le lâcher prise.

Imaginez -vous : vous vous apprêtez à aller à une soirée et vous décidez de porter cette si jolie paire de boucles d’oreilles (ou ces jolis boutons de manchette pour les messieurs !). Vous êtes fin prête et là, après avoir attaché la première boucle, l’autre est ….introuvable. Vous vous acharnez, vous retournez la maison pour retrouver votre boucle d’oreille, vous êtes extrêmement contrariée ! Elles ont une énorme valeur sentimentale, ce sont celles que votre meilleure amie vous a offertes ! Vous êtes dégoûtée et vous pestez contre vous, la vie, Dieu, enfin tout le monde !

Vous finissez par aller à votre soirée avec une autre paire de boucles, dépitée.

Cet incident vous a un peu gâché votre sortie, et vous rentrez chez vous, le soir, bien décidée à chercher très minutieusement le lendemain.

Au petit matin, dès votre réveil, après votre café et vos tartines, vous commencez à chercher dans les moindres recoins de votre appartement. Les tiroirs, les poches, les sacs, sous le matelas, tout y passe !

Mais vous ne trouvez rien, vous pleurez presque, vous ragez, …mais toujours rien. :cry:

Alors, vous abandonnez, vous vous résignez dans la tristesse, et puis vous avez pleins de choses à faire aujourd’hui, vous ne pouvez plus vous attarder.
Les jours suivants vous y pensez de temps en temps, ça vous agace, ça vous dérange, ça vous embête.

 

Au fil des jours vous y pensez de moins en moins et un matin vous vous réveillez avec le sourire, en vous disant, « bon ce n’est pas très grave, je m’en rachèterais, il y a pire dans la vie » et toute la journée vous êtes de bonne humeur, vous chantonnez, vous riez, vous sortez !

Vous avez parfaitement accepté le fait d’avoir perdu à jamais votre boucle d’oreille, et vous êtes passée à autre chose dans la joie et la bonne humeur.

Le soir même, en rentrant du boulot, vous enlevez votre manteau, vous le jetez négligement sur le canapé et vous entendez un minuscule « bing ». Vous regardez par terre et que voyez-vous, je vous le donne en mille : LA BOUCLE PERDUE !!!!! qui s’était accrochée à un coussin. Vous êtes bouche bée ! Vous n’en revenez pas !

C’est au moment où vous avez lâché votre désir, votre colère, votre agacement et que vous avez « tourné la page », au moment où vous avez accepté sans restriction cet état de fait, que presque immédiatement tout s’est arrangé pour le mieux !

Et bien, cette histoire illustre parfaitement le lâcher prise.

Le lâcher prise, c’est accepter les choses telles qu’elles sont, arrêter de lutter, mais surtout dans la joie et la bonne humeur, et non dans la résignation et la tristesse en jurant par tous les dieux que la vie nous en veut !! Non, c’est plutôt l’acceptation profonde de la situation, se dire qu’on a aucun contrôle dessus, qu’on ne peut pas changer les choses. Accepter en disant que demain ce sera mieux, retrouver la joie de vivre et aller de l’avant. :lol:

Là où les choses se compliquent…

Bien sûr, j’ai voulu volontairement, afin d’illustrer mon exposé, vous donner un exemple futile. Là, où les choses sont plus difficiles, c’est qu’il faut réussir à appliquer le « lâcher prise », dans tous des domaines de sa vie.

Nous avons besoin de contrôler, d’être les seuls maîtres à bord, cela nous donne un sentiment de sécurité. L’être humain est ainsi fait. Nous nous accrochons, nous nous cramponnons et nous forçons les choses. Mais plus nous faisons cela, plus nous nous épuisons, plus nous souffrons… car nous n’obtenons pas le résultat escompté. Au contraire, notre acharnement repousse l’objet de notre désir.

Pourquoi ? 

Parce que la vie est un « jeu ». Très cruel parfois, mais un jeu quand même. La vie est facétieuse ! Elle n’aime pas qu’on la force, qu’on l’oblige et aime encore moins quand on prend les choses d’une manière dramatique, triste et malheureuse. La vie aime la légèreté, l’humour, la joie et la rigolade ! Elle aime aussi nous rappeler que nous ne maitrisons rien, qu’il nous faut nous détacher et laisser s’accomplir les choses, naturellement.

Facile à dire !

Oui, facile à dire. Mais très difficile à faire. Je sais. Surtout quand nous devons lâcher prise, non pas sur une paire de boucles, mais sur un amour, une personne, une situation douloureuse, le manque d’argent, le chômage ou une maladie. Mais la vie nous teste. Elle souhaite plus que tout qu’on croit en elle, qu’on lui fasse confiance, qu’on l’aime et qu’on sache que demain sera un jour meilleur.

Alors que devons-nous faire ?

Ne devons-nous plus rien faire ? Ne sommes- nous pas maîtres de notre vie ?

Au contraire !

Nous devons agir, dans le sens de nos rêves et de nos désirs mais tout en intégrant un certain détachement. Encore une fois, comme dans mon article précédent, nous ne devons pas attendre de résultat. Je sais, c’est hyper dur ! Nous voulons un résultat ! et si nous oeuvrons, c’est pour obtenir un résultat ! Pourtant c’est ce que nous devons réussir à lâcher et faire les choses pour les bonnes raisons (voir mon article précédent).

Nous devons être motivé pour atteindre nos buts, mais sans forcer les choses, en lâchant si ça ne se fait pas. En acceptant, en se laissant couler dans le courant de la vie.

Conclusion

Le lâcher prise rejoint la loi de l’attraction. C’est bien connu, l’argent ne vient qu’aux riches ! Et bien le bonheur, la joie, l’amour ne viennent qu’aux gens qui lâchent prise car en lâchant prise ils sont plus légers et joyeux et la vie leur envoie alors la joie et le bonheur.

C’est pour ça qu’on dit que les choses viennent à nous quand on s’y attend le moins.
Ne vous inquiétez pas, la vie sait ce qu’on désire et c’est au moment où on acceptera notre vie sans que ce désir soit comblé, qu’il le sera !!

Ah, la coquine ! Aimez la vie telle qu’elle est et aimez les gens tels qu’ils sont !

Be Sociable, Share!

37 commentaires

  1. jams a dit :

    bonjour,

    je comprends tout à fait la notion de lâcher prise et essaye de l’appliquer mais je ne sais comment commencer,
    mon mari est décédé il y a quelques mois après 2 ans de combat car il était en état végétatif suite à une crise cardiaque,
    comment puis-je faire pour accepter ?
    merci de votre réponse

  2. laurence a dit :

    Bonjour Arielle,

    Je voulais savoir comment on peut lâcher prise quand on a vécu le suicide de son père à 20ans? et je vis ça comme un rejet, abandon, qu’il tenait pas réellement à nous, avec ça une suite d’échecs sentimentaux… « comme si je méritais pas qu’on m’aime et qu’on me respect, qu’on pense à moi » Comment faire confiance à la vie quand on a vécu un tel drame, comment croire que je pourrais aussi un jour avoir une famille?

    Merci

    1. Arielle Camille a dit :

      Bonjour Laurence,

      Je comprends ce que vous pouvez ressentir mais je pense qu’un suicide est avant tout un acte égoïste, dans le sens où la personne qui ne trouve plus de solutions à ses problèmes très personnels, intérieurs, en vient à cette extrémité. Dans ces cas là, l’obscurité l’envahit et elle n’est plus en mesure de penser au mal qu’elle fera autour d’elle. Je pense que ce n’est ni un rejet ni un abandon même si je peux comprendre que vous l’ayez vécu comme tel. Vous savez, parfois des personnes se suicident car elles pensent qu’elles ne seront pas à la hauteur pour leurs proches et c’est au contraire qu’elles tiennent trop à leur proches pour leur faire subir leur propre personne. Bien sûr, cela est une pensée déformée de soi-même et vous n’y êtes absolument pour rien.

  3. Mathieu a dit :

    Bonjour, cet article est vraiment bien, je me retrouve parfaitement dans ce que vous dîtes bien que j’ai beaucoup de peine à lâcher prise…
    Mais je pense qu’il serai bien de dire pour les gens qui vous suivent, une constatation que j’ai pu faire qui me semble extrêmement importante, c’est que le lâcher prise se trouve dans l’instant présent ! Que vivre ce qui est devant nous est un moyen considérable pour lâcher prise… Personnellement, j’ai conscience que j’ai un certain manque affectif, ce que j’accepte pleinement ! Mais lorsque je rencontre une femme,, je ne peux m’empêcher de penser à elle, de me faire des films, enfin vous connaissez sans doute la suite si vous êtes ici… ça a ruiné beaucoup de belles aventures… Mais aujourd’hui, voila, j’en ai rencontré une autre, et je sens l’amour venir pour elle, ça je n’y peux rien… Mais cette fois ci, je ne me laisse retomber dans ce que j’ai déjà connu… dès que je commence à plongé, que je me rend compte que je regarde trop si je n’ai pas reçu quelque chose ou que je me fais des films, je ferme les yeux et lorsque que je les rouvres, je ne regarde plus que mon moment présent et je me pleinement à vivre dans l’instant et rien d’autre. ça marche…
    Peut- être que pour d’autres ce sera pareil, ou peut être ça n’appartient qu’à moi…

  4. Alice a dit :

    Lacher prise c’est clair ça parait une bonne solution mais comment l’appliquer aux choses vitales. Je suis celibataire et le besoin d’être avec un homme est plus important pour moi que même l’oxygène pour survivre. C’est impossible d’accepter la vie telle qu’elle est alors qu’on est seule et que ça c’est inaccepable et tellement injuste par rapport à tous ces couples qui nous entourent.

    1. Arielle Camille a dit :

      Bonjour Alice,

      Malheureusement tant que cela sera aussi vital pour vous, vous risquez fort de repousser l’objet de votre désir. Un petit conseil, concentrez-vous sur vous et vos passions en vous disant que vous travaillez à offrir une personne plus indépendante à votre prochain partenaire. Juste un petit rappel : certaines situations de vie ont besoin d’être acceptées avant de pouvoir se transformer.

      A bientôt ;)

    2. Alice a dit :

      ouais enfin là on parle d’accepter le célibat a 33 ans! il faudrait qu’on m’apprenne à être sado mazo pour accepter tous les maux qui